Être femme et maman

La prise de conscience que quelque chose devait changer

 

En 2012, ma vie a pris un tournant inattendu. J’étais jeune, je venais d’avoir un enfant. J’étais heureuse et amoureuse. Et pourtant… La vie, le karma, le destin, appelle ça comme tu veux, a décidé de me mettre des bâtons dans les roues.J’ai été touchée par un syndrome de queue de cheval. Je ne vais pas raconter ici tout ce qui c’est passé (j’en parle déjà dans un autre article). Pour faire court, j’ai été opérée et j’étais censée retrouver une vie normale. Mais il a fallu se faire une raison : ma vie d’avant n’existait plus et je n’en avais pas encore pris conscience. 

 

Début de l’histoire…

 

J’ai passé quasiment 4 ans à lutter contre cette nouvelle vie avant ma prise de conscience. La jeune femme joyeuse, souriante que j’étais avait disparu. Je ne m’en suis pas aperçue tout de suite. Au départ, je me considérais en rémission. Et puis, je passais mes journées à m’occuper de mon bébé, il était donc plutôt simple d’ignorer ce qui m’arrivait. Ensuite, le temps s’est écoulé.

J’ai remarqué que je me sentais toujours en retrait dans un groupe. Je n’arrivais plus à soutenir le regard des gens lorsque l’on me regardait dans les yeux. Je marchais en regardant mes pieds. Je ne souriais plus naturellement et jamais très longtemps. J’étais crispée par la douleur. J’aimais toujours ma vie et notre famille plus que tout et j’étais heureuse quand nous étions ensemble. Mais je pleurais très souvent. J’étais négative. Je devenais jalouse de la vie des autres. J’attachais énormément d’importance aux gens et aux choses qui me faisaient souffrir. Bref : j’étais malheureuse et mon moral était au trente-sixième dessous.

Plus tard on a déménagé, recommencé notre vie quasiment à zéro et je n’allais toujours pas mieux.

 

 

La prise de conscience était devenue indispensable

 

Ce n’est qu’au moment de ma seconde grossesse que la prise de conscience a eu lieu. J’étais en vie. J’étais mariée et tout se passait bien avec Chéri. J’avais la chance d’avoir un petit garçon de trois ans en pleine forme et, malgré tout ce que j’avais vécu, la vie (le karma, le destin,…bon tu as compris quoi) m’offrait le bonheur d’agrandir notre famille. Pourtant je n’y croyais plus. Je pensais que je n’aurais pas la chance de connaître ce bonheur une seconde fois. Et voilà que ce deuxième bébé pointe le bout de son nez.

À ce moment là, j’ai compris.

Pourquoi m’enfermer dans cette vie de douleur alors qu’il y a tellement de choses à vivre quand on se donne la peine de les voir ? Je savais que cela ne serait pas évident. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. Mes douleurs sont toujours là. Mais j’ai décidé d’être heureuse chaque jour et pour le reste de ma vie. Ce n’est pas simple, c’est un travail quotidien. Mais quel bonheur de vivre, tout simplement !

Maintenant, je travaille sur moi-même (ça se dit vraiment ça ?). Je fais des projets. J’ose parler de mes rêves. Je profite du quotidien en famille. Je m’informe et, surtout, j’ose reconnaître quand ça ne va pas. Car, non, ma vie n’a pas vraiment changé. J’ai toujours mal. Je prends toujours des médicaments.

Je dois toujours diviser les tâches ménagères pour arriver à les faire. Je ne peux toujours pas aller danser comme j’aimais le faire avant,… Je pourrais continuer comme ça encore longtemps à te dire tout ce que je n’arrive pas à faire. Mais ce n’est plus le plus important pour moi. Maintenant je souris, je vais me balader, découvrir des endroits magnifiques. Je fais des projets. Je me sens utile auprès de ma famille, ça c’est important.

 

J’ai retrouvé ma vie

 

J’ai décidé d’être heureuse tous les jours, tout le temps et de partager tout ça avec toi ! Mon moral a évolué depuis l’arrivée de mon deuxième garçon. Mais depuis maintenant plus d’un an, c’est toute ma vision de la vie qui est en train de changer. Grâce à ma prise de conscience, j’ai découvert (et découvre encore chaque jour) ce que je voulais réellement dans ma vie. Ce qui est important pour moi.

Au départ, ce travail sur moi-même devait rester « privé » mais, à plusieurs reprises, des gens m’ont questionné sur ce que je faisais dans la vie. Donc évidement, le sujet de la maladie est revenu sur le tapis. Systématiquement leurs premiers commentaires étaient « mais comment tu fais pour avoir le sourire comme ça avec ce que tu vis ? ».

Alors voilà, je n’ai pas de solution miracle. Mais je me suis dit que je n’étais certainement pas la seule à vivre ce genre d’épreuve. Après avoir moi-même traversé une longue période de déprime, je suis peut-être bien placée pour parler de ma méthode pour retrouver le sourire.

 

prise de conscience que quelque chose devait changer

Je vais partager avec toi tout ce qui me permet au quotidien d’avoir la banane. Et si j’arrive au moins à te changer les idées ça sera déjà une petite victoire pour nous deux ! Mon objectif avec ce blog est que tu aies, toi aussi, une prise de conscience pour commencer à vivre ta meilleure vie

Très belle journée à toi et n’oublie pas d’être heureuse.

 

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.